fbpx

Conduite accompagnée AAC

Conduite accompagnée AAC

La conduite accompagnée (apprentissage anticipé de la conduite ou AAC) permet d’apprendre à conduire dès 15 ans et de passer son permis plus rapidement.

Pour la conduite supervisée cliquez ici.

Définition

La conduite accompagnée permet au candidat ayant obtenu son Code de commencer à conduire dès 15 ans afin de se préparer à l’examen de conduite. Il est alors assisté par un ou plusieurs accompagnateurs désignés au sein du contrat.           


Il a été mis en place en 2009 une autre formule de conduite accompagnée nommée « conduite supervisée », dont les conditions de suivi sont différentes

droit finance | Comment ça marche

Âge : 15 ans

La condition d’âge minimal pour suivre la formation en conduite accompagnée est passée de 16 à 15 ans en 2014. En outre, un candidat en conduite accompagnée peut passer son permis dès 17 ans et demi, contre 18 ans auparavant. Toutefois, s’il réussit l’examen, il devra attendre sa majorité pour pouvoir conduire seul.  La conduite accompagnée est donc possible à partir de 15 ans, et il n’y a aucune limite d’âge maximum, ce qui signifie qu’un adulte peut tout à fait opter pour la conduite accompagnée s’il le souhaite. 

Conditions exigées

Conducteur

Le candidat doit être âgé d’au moins 15 ans. Il doit préalablement avoir passé et réussi l’examen du code

Accompagnateur

Le ou les accompagnateurs doivent être titulaires du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption. Hormis cette exigence, il n’existe plus de condition d’âge minimum les concernant (anciennement fixée à 28 ans).

L’accompagnateur peut appartenir à la famille de l’élève ou non : aucun lien familial n’est exigé.  Il doit enfin obtenir l’autorisation préalable de son assureur pour pouvoir devenir accompagnateur. 

Procédure et formalités

La formation en conduite accompagnée repose sur plusieurs étapes. 

Signature du contrat

Il convient tout d’abord de procéder à l’inscription de l’élève au sein d’une auto-école en signant un contrat de formation avec l’établissement. Si le candidat est mineur, le contrat doit être signé par ses parents ou son représentant légal. Il doit être joint à la convention l’accord préalablement conclu avec la société d’assurance portant sur l’extension de garantie applicable au(x) véhicule(s) utilisé(s) pour la conduite accompagnée. Cet accord doit mentionner le nom du ou des accompagnateurs autorisés par la société d’assurance. 

Une fois la convention signée, l’auto-école :

  • dépose un formulaire de demande de permis de conduire auprès de la préfecture ;
  • remet son livret d’apprentissage à l’élève ;
  • établit au nom de l’élève une fiche de suivi de formation qu’elle conserve au sein de ses archives.

Formation initiale

Avant de pouvoir bénéficier de la conduite accompagnée, le candidat doit tout d’abord passer par une phase de formation initiale auprès de l’auto-école. Celle-ci comprend en principe l’examen du Code mais cette obtention n’est pas nécessaire lorsque l’élève détient une catégorie de permis de conduire depuis cinq ans au plus. La formation initiale comprend également 20 heures de conduite effective sur la voie publique avec un moniteur. 

A l’issue de cette période, l’auto-école délivre à l’élève une attestation de fin de formation initiale. Un exemplaire de celle-ci doit alors être transmis à la société d’assurance.         

Déroulement de la formation

Un rendez-vous préalable d’une durée minimum de deux heures est fixé au candidat par l’auto-école. Il se déroule en présence d’au moins un accompagnateur et d’un moniteur. 

Après ce premier rendez-vous, la période de conduite accompagnée doit durer au moins une année. Le candidat doit avoir parcouru au moins 3000 km en présence du ou des accompagnateurs mentionnés initialement. Le logo “conduite accompagnée” doit figurer à l’arrière du véhicule et le livret d’apprentissage délivré par l’auto-école doit y être conservé pour être présenté aux forces de l’ordre en cas de contrôle. 

L’élève est libre de conduire où il le souhaite en France. En revanche, la circulation en conduite accompagnée à l’étranger est interdite. 

Au cours de la période de conduite accompagnée, le candidat doit également participer à au moins deux rendez-vous pédagogiques d’une durée de trois heures chacun :

  • le premier a lieu entre 4 et 6 mois après la date de délivrance de l’attestation de fin de formation initiale ;
  • le second a lieu après que 3000 km ont été parcourus.

Une fois cette procédure accomplie et lorsque l’élève a atteint l’âge minimal de 17 ans et demi, l’auto-école peut alors le présenter à l’examen pratique.            

Réussite à l’examen

Le déroulement de l’examen du permis est le même qu’en cas de formation classique. Cependant, après la réussite à l’examen, la période probatoire du permis est ici réduite de 3 ans à 2 ans. La sur-prime conducteur novice à verser à l’assureur est également réduite par rapport à la formule traditionnelle. Pendant les deux ans de permis probatoire, le jeune conducteur est tenu d’apposer le signe “A” à l’arrière de son véhicule. A défaut, il s’expose à une contravention. Voir ainsi l’amende en cas de conduite sans A

Avantages

Plus d’expérience et moins d’accidents

Lorsque l’on choisi une formation traditionnelle seules 20h de conduite sont obligatoires pour pouvoir passer le permis. Avec la conduite accompagnée en plus de ces 20h de conduite, les jeunes conducteurs doivent parcourir au moins 3000 km sur toute la durée de leur formation (qui est au minimum d’un an). Pendant cette année de conduite accompagnée l’élève pourra conduire assez souvent pour être préparé à affronter toutes sorte de situations au volant.

Grâce à l’expérience acquise pendant la conduite accompagnée, les jeunes conducteurs sont moins angoissés et deviennent plus avisés sur la route ce qui permet de réduire les risques d’accidents après l’obtention du permis.

Augmenter ses chances de réussir l’examen du permis

Choisir la conduite accompagnée c’est augmenter ses chances de réussir l’examen du premier coup. Effectivement le taux de réussite après la conduite accompagnée est de 74% contre 55% avec une formation classique.

Une période probatoire plus courte

Lors de l’obtention du permis, l’on dispose uniquement de 6 points afin de parvenir a 12 points il est nécessaire de ne pas commettre d’infraction menant à un retrait de point pendant toute la durée du permis probatoire.

En ayant suivi une formation classique la période probatoire du permis est de 3 ans pendant lesquels l’on gagne 2 points par année passée sans commettre d’infraction.

Tandis qu’avec la conduite accompagnée, la période probatoire passe à 2 ans pendant lesquels l’on gagne 3 points par année passée sans commettre d’infraction.

Cette période probatoire plus courte n’est valable que pour la conduite anticipée.

Un coût moins élevé

En moyenne la conduite accompagnée coûte moins cher que la formation traditionnelle.

La principale différence entre les deux prix vient du nombre d’heures de conduite supplémentaires (en plus des 20h obligatoires) dont l’élève aura besoin pour être prêt lors de l’examen. Les élèves faisant la conduite accompagnée n’en ont généralement pas besoin puisqu’ils peuvent conduire avec leurs accompagnateurs en dehors de ces heures.

Une heure de conduite coûte 45 euros en moyenne.

Une assurance moins chère

En plus de réduire le prix de la formation, le fait de choisir la conduite accompagnée réduit aussi le prix de l’assurance du conducteur. Une assurance auto jeune conducteur coûte généralement plus cher que celle d’un conducteur chevronné. Les assureurs proposent de meilleurs tarifs aux conducteurs ayant choisis la conduite accompagnée puisqu’ils ont plus d’expérience au volant et risquent donc moins d’accidents.

De plus la surprime imposée au jeune conducteur est réduite de 50 % la première année puis de 25 % la deuxième. Elle disparaît lors de la troisième si le conducteur n’a eu aucun accident.

Un apprentissage plus agréable

L’apprentissage avec la conduite accompagnée est souvent plus apaisant pour l’élève.

La présence de l’accompagnateur, qui le plus souvent est un membre de la famille ou un ami, rassure l’élève et lui permet d’apprendre à conduire plus sereinement. Le fait de conduire régulièrement pendant un an (voir plus) permet également à l’élève d’avoir plus de confiance en lui au volant.

Ainsi après l’obtention de son permis le conducteur sera généralement plus à l’aise quand il se retrouvera seul sur la route.

Cette année de conduite permet bien entendu à l’élève d’apprendre à conduire. Mais elle peut également permettre à l’accompagnateur d’améliorer sa propre conduite, d’une certaine façon ce sont les jeunes qui réapprennent la conduite à leurs parents.

De plus le fait de pouvoir commencer dès 15 ans permet d’apprendre plus facilement. En effet plus on prend de l’âge, plus l’apprentissage est long et difficile.